Rechercher dans ce blog

dimanche, juillet 31, 2011

272 - Ramadan à Yellowknife

Dimanche matin. Il est 10 h (18 h à Marseille). Il pleut à Yellowknife. Brusquement, depuis trois ou quatre jours, la nuit, qui avait déserté l'espace depuis la mi-juin (me semble-t-il), de nouveau nous donne rendez-vous vers 21 heures, et elle se plaît à s'étendre jusqu'au matin, tôt certes, mais elle est désormais présente chaque jour, ou plutôt chaque nuit. Demain c'est Ramadan ici comme en France. 


Mais où vais-je trouver une hrira ici?
________

Nous faisons sous la pluie, un grand tour à l'est de YK où il y a de nombreux lacs.

La route s'achève au Km 70:


Ainsi nous trouvons plusieurs Inukshuk, ces constructions propres aux peuples du Nord.







Nous avons rencontré un jeune et fier renard noir, proie en gueule (un corbeau).



Wikipédia : « Un inukshuk (ou inuksuk, pluriel inuksuit) est un empilement de pierres (ou cairn : Un cairn est un amas artificiel de pierres.) construit par les peuples inuit et yupik dans les régions arctiques d'Amérique du Nord, depuis l'Alaska jusqu'au Groenland, en passant par l'Arctique canadien. Sa forme et sa taille peuvent varier.

Inukshuk est un terme inuktitut composé des morphèmes inuk (être humain) et -suk (substitut, agissant à la place de), signifiant « ce qui a la capacité d'agir comme un être humain ».

Par extension, le mot inukshuk en est venu à désigner, dans l’art inuit, à partir des années 1960, puis dans la culture populaire, une construction de pierres adoptant une forme humaine. Un tel monument anthropomorphe est, en inuktitut, plutôt considéré comme un inunnguaq (pluriel : inunnguait), signifiant « ce qui ressemble à un être humain ».



Inuksuit faisant partie d'un système de rabattage de caribous situé sur la rive nord des lacs Dismal, photographiés en mars 1911 par Rudolph Martin Anderson lors d'une mission d'exploration dans les Territoires du Nord-Ouest (Canada).

Chez les Inuits, les inuksuit ont joué un rôle important dans la chasse traditionnelle au caribou. Ils étaient disposés, comme des épouvantails de pierre pour attirer les caribous dans un cul de sac, lieu d'embuscade sur une colline. Les chasseurs, armés d'arcs et de flèches, étaient cachés derrière les inuksuit. Les femmes et les enfants servaient de rabatteurs. Les inuksuit pouvaient aussi servir de point de repère ou de cairn identifiant la position d'une cache pour la nourriture. Les inuksuit servaient aussi à marquer les limites d’un territoire.

De nos jours, il en subsiste encore sur les collines, dispersés ici et là sur la terre gelée, visibles à des kilomètres. Les voyageurs peuvent les utiliser comme des repères directionnels. Certains auraient plus de 10 siècles. »

__________

 

 

C'est décidé: le retour vers Montréal nous le ferons par autocar. Nous  parcourrons la route qu'a effectuée la Mosquée de minuit. La différence est que nous ferons le chemin dans l'autre sens. Nous irons à Hay River, puis de là nous joindrons Slave Lake, Edmonton, Vermillon, North Battleford, Saskatoon, Sheho, Yorkton, et enfin Winnipeg, lieu où fut construite la mosquée. 
Quant à nous nous poursuivrons notre route jusquà Montréal.  

Le soir la télé nommée "Radio Canada" (de Montréal) diffuse une émission quotidienne insipide, fade, à la limite de l'imbécilité dont je n'ai pas retenu le titre mais voici les acteurs principaux.


Ensuite des séries (quotidiennes) complètement niaises. Extrêmement décevantes: "six pieds sous terre"...
















video

samedi, juillet 30, 2011

271 - Atelier d'écriture à Yellowknife



J'ai animé hier soir un atelier d'écriture à destination de quelques canadiens francophones de la ville. Il s'est déroulé dans une église désaffectée, et utilisée par les artistes de la ville à des fins culturelles.




L'association Franco Ténoise a mis à ma disposition le nécessaire pour la tenue de l'atelier. Celui-ci a porté sur "La Ville" algérienne, exactement: "Les villes du Sud vues d'ici".
J'ai pour ce faire, mis en avant des écrits sur la ville ou la nature de Boualem Sansal, Maïssa Bey, Salim Bachi, Nassira Belloula, Albert Camus, Isabelle Eberhardt et de moi-même.


Les Yellowknifois (si vous me permettez) furent très réjouis de cette initiative.
Les travaux ont duré plus que prévu (4 heures en fin de journée) et ont abouti à des textes dont le contenu mettait en avant la perception de ces zones géographiques (villes, villages, désert... d'Algérie). Un échange eut lieu sur le pays, sur la situation sociale...

vendredi, juillet 29, 2011

270 - Yellowknife toujours

Le repos est total. Nous trainons dans les espaces comme les lacs, les commerces... et les pubs.

mardi, juillet 26, 2011

269 - Fort Nelson, Fort Simpson et Yellowknife


dimanche, juillet 24, 2011

268 - Whitehorse, Dawson, et retour par F. Nelson


Le lendemain, le véhicule décide de ne plus avancer. Les techniciens sont rares et indisponibles. Il nous faut alors faire appel à un remorqueur. 


Le rêve de voir Inuvik et sa mosquée s’évanouit alors en ce moment. Notre esprit est confus. Enervement et tristesse se mélangent. Nous restituons le véhicule au loueur à Whitehorse. Le temps ne nous permet plus de retourner à Dawson. Il n’y a plus de véhicule de rechange et la réparation peut prendre plusieurs jours. Nous décidons alors de récupérer notre première voiture et rebrousser chemin jusqu’à Yellowknife. Nous faisons de nouveau une halte avec bains aux bains de Liard River Hots Springs. Un repos bien mérité. De même nous nous arrêtons à Muncho Lac que la Highway Alaska longe durant près d’un quart d’heure. 









Il abrite un parc immense peuplé d’animaux tels que chèvres de montagne, caribous, ours… Des points de vue aménagés permettent d’apprécier l’étendue et la beauté du lac et de ses environs. Nous passons la nuit à Fort Nelson.