Rechercher dans ce blog

dimanche, septembre 18, 2016

546_ Au cinéma d'Art et d'Essai LE GYPTIS_ Marseille


  




Nous avons assisté ce vendredi 16 septembre au cinéma Le Gyptis (136 rue Loubon, Marseille 13003), à la projection de deux films. Ce cinéma est depuis peu « cinémad’Art et d’essai », (lire http://madeinmarseille.net/18463-cinema-gyptis-art-essai/)


Le premier des deux films, projetés devant une cinquantaine de personnes (tiens, Denis Martinez, « oh, ça fait un bail » « c’était qu'un bye-bye ! ») est « Le mirage et la pierre », un documentaire de 16’ sur des mineurs de Jerada (Maroc) « qui apprennent sur le tas ». Un film de Lo Thivolle et Ouahib Mortada (2014).
Les mineurs sont en bute à une réalité noire, du fait, essentiellement, du métier lui-même. « Entre les trous sombres et la lumière profonde, des éclats de vie », dans la ville, non loin d’une pinède et du stade de football.

Le second film s’intitule « La nuit et l’enfant », un film de 61’ de David Yon (2015). Deux personnes marchent. Un jeune homme (Lamine Bachar) et un adolescent (Aness Baitich). Ils marchent dans la steppe algérienne (autour de Djelfa). Ils sont poursuivis par le cauchemar des années de violence (1990-2000 ou « décennie noire »).
video 
Allo ciné

« Le soleil ne se lève plus sur l’Atlas algérien. Après les guerres, sur cette terre où résonne encore l’écho d’une menace. Lamine marche dans la steppe. Un enfant, à la présence rassurante l’accompagne. Que fuient-ils ensemble ? Un présent peuplé de mystérieux assaillants ? Les cauchemars du passé ? Cette traversée nocturne au cœur d’une nature majestueuse prend tour à tour les accents fantastiques d’une quête, d’un jeu ou d’un récit initiatique. » (prospectus)

Un débat très intéressant, animé par Tahar Chikhaoui, critique et programmateur, a suivi les projections (près de deux heures durant). Les questions-réponses ont porté sur le contenu du film, réalisation, montage... mais aussi sur le rôle du cinéma en général.
LE GYPTIS EST REVENU


-------------
Pour plus d'information, ici :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire